Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

COOPÉRATION : INTÉGRATION DES VALEURS CULTURELLES POSITIVES À L’ÉCOLE

Posté par: Babacar diouf| Dimanche 06 mai, 2018 18:05  | Consulté 145 fois  |  1 Réactions  |   

La Sierra Leone à l’école de Grandmother project Dans certaines salles de classes des écoles élémentaires et moyens du département de Vélingara (sud du Sénégal) interviennent des personnes âgées pour enseigner certaines valeurs culturelles positives locales et/ou universelles. Mieux, maintes traditions positives sont revalorisées grâce à l’approche changement par la culture de l’ONG Grandmother Project. C’est ce modèle que des agents intervenant dans le secteur de l’éducation, de la protection et de promotion des droits des enfants sont venus voir en pratique. Dans une salle de l’école élémentaire Thierno Moustapha Barry de la commune de Vélingara, la sexagénaire Halimatou Diallo retient l’attention d’une trentaine d’élèves de la classe de CM2. Elle disait un conte en langue pulaar. Les élèves organisés en groupe de travail, stylos à la main, prennent des notes sur leurs cahiers d’exercices. A la fin, la vieille dame demande à des élèves de reprendre le conte en langue pulaar puis de dire la leçon de morale à retenir. Le tout en 15 minutes. Au fond de la salle étaient assis des enseignants Sierra Léonais, travaillant dans le secteur de l’éducation et du développement holistique des enfants. A côté de ces anglophones tout aussi attentionnés, il y avait des traducteurs. Quand l’enseignant reprend la classe, c’est pour demander aux élèves de reprendre le conte en français et puis de les demander d’ouvrir à la page 4 le livret de conte, édité par Grand mother project-Changement par la Culture (GMP). Abdourahmane Sylla est l’enseignant titulaire de cette classe. Il explique : « Nous faisions de l’Ivcpe, c’est-à-dire l’approche Intégration des valeurs culturelles positives à l’école. Nous étions à la première séance d’une leçon de lecture. On a pris un conte comme texte à étudier et c’est une grand-mère qui a dit le conte. Et puis nous sommes revenus faire toutes les étapes d’une séance de lecture normale avec les élèves. La compréhension et les productions écrites et orales ont été facilitées par l’intervention de la grand-mère. » Les questions posée par es hôtes de Mme Judi Aubel, directrice de Gmp-changement par la culture, ont permis de comprendre le processus menant à ‘intervention des grands-mères en classe. Abdourahmane Sylla : « On doit préparer la vieille qui doit intervenir. Elle doit connaître le thème ou le texte à étudier et convenir d’une démarche. Les contes sont redits à la maison par les enfants à leurs parents ou à leurs pairs. Il arrive que des groupes d’élèves s’organisent pour rendre visite à une vieille pour des nuits de conte. » Et puis d’autres tâches sont remplies par les personnes âgées. Malang Sagna directeur de l‘école élémentaire Thierno M. Barry: « A l’école comme à la maison, les personnes âgées formées par Gmp et qui collaborent avec l’école parlent aux élèves de la santé sexuelle, de leurs droits et devoirs et des valeurs culturelles à respecter, à tout prix. Les élèves, les filles surtout sont occupées à leurs heures libres par les vieilles. Toutes ces activités qui ont contribué à la baisse de la prévalence des grossesses et mariages d’enfants et à huiler les liens entre différentes générations. » Dans les villages de Bakayoko et de Badiara, les hôtes Sierra léonais ont assisté dans le premier site à une journée d'hommage aux grands et dans le second village à une séance sous l'arbre avec des grands-mères et jeunes filles sur des thèmes en rapport avec le Développement Holistique des filles (Mariage précoce, grossesse précoce, excision etc). Ici et à, les hôtes anglophones ont pu se rendre compte de toutes ces petites tâches que les grands-mères jouent au quotidien dans la promotion des droits de la fille et dans son développement holistique. Au terme de la visite, Abdulai D. Swareh, directeur exécutif de l’ONG Pikini-pikini a donné ses impressions : « En Sierre Léone, nous sommes en train de perdre des valeurs culturelles positives. Nos valeurs culturelles ne sont pas prises en compte dans les programmes d’Etat et des partenaires qui interviennent dans les communautés. Nous avons été impressionnés par la prise de confiance des grands-mères, leur aisance à l’école et leur bonne collaboration avec l‘école. Nous allons dupliquer des éléments de ce programme de Grabdmother Project chez nous, avec bien sûr l’accord de nos partenaires. » Le voyage des Sierra Léonais a été pris en charge par la Fondation Américaine Rockdale qui, collaborant avec GMP et intervenant en Sierra Léone, a jugé que ce voyage d’étude pourrait être bénéfique.

 L'auteur  babacar diouf
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (1)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Abou Deb En Mai, 2018 (18:40 PM) 0 FansN°:1
la culture, un facteur de rapprochement des peuples. Cette nouvelle approche basée sur le "changement par la culture" retrouve toute son originalité dans un contexte marqué par une perte de valeurs sans précédent. GMP, un remède ou une panacée?

Ajouter un commentaire

 
 
babacar diouf
Blog crée le 08/03/2014 Visité 297043 fois 324 Articles 13615 Commentaires 13 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires