Diao Keïta Baldé : "J'ai été déçu par le Barça"

  • Source: : Webnews | Le 30 octobre, 2017 à 16:10:37 | Lu 16398 fois | 21 Commentaires
content_image

Diao Keïta Baldé : "J'ai été déçu par le Barça"

Mercredi midi, sous un soleil estival, Keita Baldé arrive avec le sourire, après l'entraînement. Débarqué à Monaco à la fin du mois d'août, il ne parle pas encore bien le français, mais son espagnol et son italien sont parfaits. On lui explique l'exercice, une interview pour le découvrir un peu, et lui répond dans un éclat de rire : "Mais vous ne savez pas déjà qui je suis ?" À vingt-deux ans, l'international sénégalais, courtisé cet été par la Juve et l'Inter, a déjà un parcours à part, et il ne compte pas s'arrêter là.
 
Où en êtes-vous, avec l'apprentissage du français ?
Ça vient doucement. Quand j'étais petit, mes parents parlaient le wolof et l'espagnol. Ils sont arrivés très jeunes en Espagne. Je suis né en Catalogne, comme mes deux frères et ma sœur. J'ai commencé le foot à sept ans. Et, à neuf ans, le Barça m'a pris.

Cela doit être quelque chose, le Barça à neuf ans.
Oui, c'était impressionnant ! Je venais de mon petit village et je débarque au Barça. J'habitais encore avec ma famille, j'allais à l'entraînement avec le car du club.

Qu'avez-vous appris à la Masia ?
Pour moi, c'est le meilleur centre de formation du monde, parce qu'ils font attention à tout. Les études, la personne que tu vas devenir, l'éducation et le foot. Tout va ensemble. Tu peux être un phénomène sur le terrain, mais si tu n'es pas concerné par les études, tu ne passes pas. Ils te montrent le chemin, sur plein de choses. Par exemple, si tu dors à l'internat, tu dois faire ton lit tout seul.

Et sur le plan du jeu ? Vous sentez-vous un joueur espagnol ?
J'ai grandi à la Masia, où c'était la technique, le ballon, la possession. Puis, à seize ans, je suis parti en Italie, et j'ai appris des choses qu'on n'apprend pas en Espagne : du physique, de la musculation, et tellement de tactique. Au Barça, je n'avais jamais travaillé en salle.

"Pour être joueur de foot, il faut un caractère fort. Je ne regrette aucun de mes choix que j'ai faits jusqu'ici."

Vous avez été sanctionné par le Barça après un stage au Qatar, à quinze ans, parce que vous aviez mis des glaçons dans le lit d'un camarade. C'était si grave ?
Dans le foot, on fait ce genre de plaisanteries tout le temps. Mais il s'était passé d'autres choses avant, il n'y avait pas eu que cette histoire. Certains comportements leur avaient déplu. Tu es jeune, et voilà, tu apprends de tout ce qui t'arrive.

Comme sanction, le Barça vous prête en 2010 à Cornellà, un club de Quatrième Division…
Oui, où ça s'est très bien passé. Ensuite, je devais décider : soit je retournais au Barça, soit je partais, parce que j'avais de bonnes offres. Comme j'avais été un peu déçu (par l'attitude du Barça), j'ai voulu continuer ma route comme je le sentais.

Vous étiez touché dans votre fierté ?
Pour être joueur de foot, il faut un caractère fort. Je ne regrette aucun des choix que j'ai faits jusqu'ici. Je suis arrivé en équipe première à dix-huit ans, et aujourd'hui je suis dans un grand club qui m'a payé 30 millions d'euros. Peut-être que si j'étais retourné au Barça je n'en serais pas là.

Pourquoi avoir choisi de quitter l'Espagne ?
J'avais beaucoup d'offres en Espagne, c'est vrai, mais j'avais envie de tout changer. La langue, les gens. Et la Lazio a fait la plus belle offre.

Vous êtes parti tout seul ?
Oui, je dormais à l'internat. La première année (2011-2012) a été difficile, ma famille me manquait. Mais tu penses à ta route. Le foot est fait de sacrifices.

À la Lazio, vous êtes arrivé assez vite en équipe première. Vous vous y attendiez ?
Oui, chaque jour, au réveil, j'y pensais et je travaillais pour ça. Je voulais arriver en équipe première à dix-huit ans maximum.
 
"Je pense qu'il faut s'amuser sur le terrain. Je suis un joueur d'instinct. Si mon corps me dit d'aller à droite, je vais à droite sans réfléchir."

Le 4-3-3 est le schéma où vous vous sentez le mieux ?
Disons que c'est le système auquel je suis le plus habitué. À la Masia, on ne faisait que ça. Je peux jouer à gauche, en pointe ou à droite, les trois postes. Mais, à droite, je n'y ai quasiment jamais joué, même si je peux le faire en cas de besoin.

Comment voyez-vous le jeu ?
Je pense qu'il faut s'amuser sur le terrain. Si tu penses trop, si tu te stresses, tu n'y arriveras pas. Je suis un joueur d'instinct. Si mon corps me dit d'aller à droite, je vais à droite sans réfléchir.

Et si l'entraîneur vous dit d'aller à gauche ?
(Rires.) S'il me dit d'aller à gauche, que je vais à droite et que je suis bon, alors c'est bien comme ça, non ?

L'été dernier, durant lequel vous êtes parti au bras de fer avec la Lazio, a-t-il été une période difficile ?
Oui, un peu. Cela faisait un an que je voulais quitter la Lazio, que je voulais changer de chemin, pour voir d'autres terrains, d'autres visages, d'autres gens, d'autres regards.

Suiviez-vous la Ligue 1 ?
Je l'ai suivie surtout la saison dernière, un peu. Je suivais Monaco, qui a fait un super Championnat et une belle Ligue des champions.

Avez-vous parlé à des joueurs avant de vous décider ?
Oui, à Benjamin Mendy notamment. Nous sommes amis, on s'est connus par la vie privée, pas par le foot, et on s'appelle souvent. Il m'a parlé de Monaco en très bons termes. Du coup, je n'ai pas hésité. Monaco est un endroit parfait pour bien travailler, et pour progresser quand on est jeune.

"Je n'ai pas vécu un seul jour plus émouvant que celui où j'ai débuté en sélection. Toute ma famille était au stade, c'était une émotion incroyable."

Pour l'instant, comment trouvez-vous la Ligue 1 ?
C'est physique, rapide, avec de très beaux stades, en tout cas ceux que j'ai vus jusqu'ici. Et il y a de très bons joueurs. Je ne comprends pas pourquoi certains le considèrent comme un Championnat moyen.

Vous avez la réputation d'avoir une forte personnalité…
Je ne sais pas. Je sais ce que je veux, c'est vrai, depuis tout petit.

À la Lazio, il y a aussi eu quelques retards à l'entraînement…
(Rires.) Ici, pas encore, pas un seul ! Continuons comme ça.

Vous êtes international sénégalais (16 sélections, 3 buts). Avez-vous beaucoup hésité avec l'Espagne ?
Je voulais attendre, voir ce que me disait mon cœur, avant de choisir une équipe nationale. Ensuite, j'ai senti que ce serait le Sénégal. J'ai parlé à mes parents, et j'ai décidé. Depuis, je n'ai pas vécu un seul jour plus émouvant que celui où j'ai débuté en sélection (le 26 mars 2016 contre le Niger). Toute ma famille était au stade, ils se sont levés, ils hurlaient dès l'échauffement. Voir les regards de ma mère, mon père, ma grand-mère, c'était une émotion incroyable.


Auteur: Mélisande Gomez – L'Équipe - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (8)


Anonyme En Octobre, 2017 (17:29 PM) 0 FansN°: 1
Il y a trop de déchets dans son jeu. Faut lui laisser le temps de mûrir
Mansa Senegal Sunugal Sunuwebr il y a 3 semaines (06:55 AM) 0 FansN°: 1
viva nuestra espana una unida
Reply_author il y a 3 semaines (13:36 PM) 0 FansN°: 2
merci pour la critique mais je pense que question déchets dans le jeu, il n'est pas pire que la pépite française dont tout le monde nous parle. c'est une question de génération et de timing et on ne peut pas s'attendre à mieux. il est juste bon et je crois qu'il mérite des encouragements et non la mise en évidence ces défauts qui sont pour moi naturels et normaux.
Anonyme En Octobre, 2017 (18:27 PM) 0 FansN°: 2
C'est le futur de l'attaque du Sénégal. Il ne faut pas trop lui en demander maintenant :sunugaal:  :sunugaal: 
Anonyme En Octobre, 2017 (19:42 PM) 0 FansN°: 3
Diao balde Keita

Keita diao Balde

Balde Keita Diao

Keita balde Diao

Diao Keita Balde

Balde Diao Keita



Bien Malin celui qui me dira quel est son vrai nom.

Ses parents ne lui ont pas rendu service :contaan:  :contaan:  :sunugaal:  :sunugaal: 
Reply_author En Octobre, 2017 (20:12 PM) 0 FansN°: 1
a son naissance son père lui a surnommé ketra ou kitra je ne maîtrise plus mais malheureusement les administrateurs de l'hôpital ont fait erreur sur son nom et ils ont confondus kitra ou ketra a keïta voilà la raison pour laquelle son nom et devenu keïta par le destin de dieu

signè triple xxx
Reply_author il y a 3 semaines (08:45 AM) 0 FansN°: 2
khaira diao balde
Reply_author il y a 3 semaines (09:43 AM) 0 FansN°: 3
prénoms : keita baldé
nom de famille : diao

mais c'est vrai que ses parents ne lui ont pas rendus service nak! :-) car y avait vraiment plus simple... genre moussa diao rek !
Anonyme En Octobre, 2017 (20:10 PM) 0 FansN°: 4
@AnonymeTUTELLE mais silence toi ,tu as des problèmes
Anonymetutelle En Octobre, 2017 (20:20 PM) 0 FansN°: 5
TAISEZ VOUS DR YOUSSOUPH NDIAYE CE QUE TU A FAIT A ABASS NDAO ENTRE 2009-2012; CES FAITS QUE TU A RECONNU A LA COUR DES COMPTES EN 2017

VOLEUR-POLTRON*-GRANDE GUEULE-

Audit du centre hospitalier : Abass Ndao infecté par la magouille

17 mars 2015



Une mission de vérification de l’Inspection des affaires administratives et financières (Iaaf) a été dépêchée au Centre hospitalier de Abass Ndao (Chan), au lendemain du départ de son ancien directeur Dr Youssou Ndiaye. Mais, la lecture du rapport officiel produit par l’Iaaf donne des urticaires. Les enquêteurs laissent voir des anomalies de toutes sortes, pour ne pas dire des combines et combinaisons à la limite mafieuses, qui ont profité à un personnel ou une catégorie de personnel, responsable à 90% de la situation précaire dans laquelle le Chan est plongée depuis des années maintenant. Selon le rapport de l’Iaaf, le Chan est transformé en champ de ruines, qui mettra bien des années, avant de redevenir normal.

Abass Ndao risque de ne jamais se relever de sa gestion, sous l’ère Youssou Ndiaye. Du moins, si l’on se fie au rapport, produit par l’Ins¬pection des affaires administratives et financières (Iaaf). Cette mission est intervenue dans un contexte de transition du fait du changement de directeur effectué le 7 mai 2014. Pour les enquêteurs, ce changement de directeur semble être le corollaire de la situation tendue au sein du Centre hospitalier de Abass Ndao (Chan) entre Dr Youssou Ndiaye et une bonne partie du personnel depuis 2011.

L’Iaaf fait remarquer que, sur le plan de la gestion, la structure devait, en fin avril 2014, trois mois d’arriérés de salaire à ses agents. Aujourd’hui, ces arriérés sont épongés et les réclamations portent uniquement sur les primes. Le fonctionnement normal des services techniques comme administratifs pose problème du fait de la vétusté des équipements, de la défaillance de la maintenance, de la rupture fréquente de consommables, de la situation déplorable des ressources humaines.

Ces manquements, selon les en¬quêteurs, empêchent le Chan de fonctionner normalement et obligent le personnel à réorienter des patients dans les cliniques privées ou d’autres hôpitaux plus nantis en équipements et accessoires avec pour conséquence «une baisse significative des recettes propres. Pendant ce temps, la dette de l’hôpital ne fait que s’accroître. L’urgence est un vain mot, l’accueil et l’orientation inexistants. Le taux d’absentéisme est très élevé. Il en est de même des retards.»

A propos de la masse salariale, elle n’est pas maîtrisée, selon le rapport. «Les tensions de trésorerie sont avérées et récurrentes, la baisse drastique des recettes peut être constatée sur les différents documents financiers, surtout durant la période (2010-2013). Les services tournent au minimum. Au moment de la prise de fonction du nouveau directeur, tous les contrats avec les fournisseurs étaient en voie de résiliation. La dette sociale avoisine 900 millions de francs Cfa, la dette fiscale plus d’un demi milliard et celle aux fournisseurs dépassent le milliard», lit-on dans le document.



Scandaleux! il y a 3 semaines (12:55 PM) 0 FansN°: 1
c'est un scandale à l'image de la malgouvernance de notre pays depuis l'indépenédance. le sénégal ne se développera jamais avec la mentalité pourrie, mafieuse et hypocrite de nos gouvernants corrompus,incompetents, et faineants.
Anonyme il y a 3 semaines (06:58 AM) 0 FansN°: 6
^`7^7^4^8^1^0^2^1^4^TRAITEMEN_ FAIBLESSE_SEXXUELLE_PAR LES PLANTES EFFICACITE_GARANTIE^`7^7^4^8^1^0^2^1^4^TRAITEMENT_FAIBLESSE SEXXUELLE_PAR LES PLANTES EFFICACITE GARANTIE^`7^7^4^8^1^0^2^1^4^TRATEMENNT_AASMPERMIEE_AZZOSPERMIE OOLIGOSPERMIE_FAIBLESSSE_DIABETIQUUE
Anonyme il y a 3 semaines (08:35 AM) 0 FansN°: 7
votre titre est contraire au contenu. je commençais a blâmer le jeune mais en réalité ce son les journalistes que je blâme. mon barça on le laisse tranquille ou bien je déconne :emoshoot:  :fbhang: 

Laye il y a 3 semaines (10:08 AM) 0 FansN°: 8
En Espagne on porte a l fois le nom de famille de son père (Diao)et de celui de sa mère (Baldé) voila pourquoi le DIAO BALDE. Son prénom est Keita comme on en trouve baucoup dans les régions de Kolda e Tamba
Zebest  il y a 3 semaines (12:32 PM) 0 FansN°: 1
je pense que le prénom est keira et non keita. c'est l' erreur de l'administration espagnole.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com